Le parti « al-Joumhouri » a mis en garde, jeudi, contre « la tentative dangereuse de mettre la main sur l’Instance de régulation des médias audiovisuels la HAICA et de l’obliger à se soumettre à l’agenda de l’alliance entre la Coalition al-Karama, Qalb Tounes et le Mouvement Ennahdha ».
La position du parti « al-Joumhouri » intervient suite à l’adoption par la commission des droits et libertés au sein de l’Assemblée des Représentants du Peuple, de l’initiative de la Coalition al-Karama concernant l’amendement du décret-loi 116 pour l’année 2011.
Dans une déclaration rendue publique jeudi, « al-Joumhouri » estime que l’argument selon lequel la composition actuelle de la HAICA aurait dépassé la durée maximale de 6 ans stipulé dans le secret loi 116 est un faux prétexte pour changer la composition de l’instance et porter préjudice à son indépendance.
« Il fallait oeuvrer pour mettre en place une nouvelle instance constitutionnelle au lieu de chercher à changer la composition actuelle de la HAICA au prétexte du dépassement de la durée du mandat, alors que les députés n’étaient pas aussi par la non installation de la Cour Constitutionnelle malgré le dépassement du délai constitutionnel de 5 ans », souligne al-Joumhouri.
Le parti estime que le véritable but de cette initiative législative est « d’oeuvrer à trouver une solution au différend qui subsiste entre la Haica et les chaines de télévision « Nessma » et « Zitouna TV » par un amendement sur mesure du décret-loi 116, au lieu de demander aux deux chaines concernées de respecter la loi en vigueur ».
Al-Joumhouri considère ladite initiative comme un antécédent dangereux dans le domaine de la législation face auquel il faut lutter.