L’Association tunisienne de soutien aux minorités a condamné, dimanche, l’incident survenu récemment dont a été victime un jeune immigré subsaharien agressé violemment par son employeur, qui, selon une vidéo circulant sur les réseaux sociaux, aurait refusé de lui payer son salaire (6 mois de travail).

L’association a appelé à mettre fin à ces pratiques, contraires aux principes des droits de l’homme que la Tunisie s’est engagée à respecter au niveau national et international. Elle a, dans ce contexte, renouvelé son appel à la nécessité de régler la situation juridique des immigrants se trouvant en Tunisie en leur permettant d’obtenir une carte de séjour temporaire et renouvelable afin de préserver leurs droits civils et professionnels, une question vitale pour l’Etat tunisien lui permettant de connaître le nombre des personnes et leur mouvement.

L’Association tunisienne de soutien aux minorités a appelé le gouvernement et l’Assemblée des représentants du peuple à ouvrir le dossier de l’immigration et à le traiter sérieusement en raison de son importance par rapport aux relations de la Tunisie avec les pays frères et amis et aux flux migratoires qui passent par la Tunisie vers d’autres pays.