Le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, a décidé, lors d’une réunion, lundi, avec le ministre de l’Intérieur et des hauts responsables sécuritaires, d’intensifier les campagnes de sécurité visant à imposer l’utilisation des moyens de prévention contre le Coronavirus.

Il s’agit, notamment, du port obligatoire du masque dans les espaces publics, les lieux de rassemblements, les moyens et stations de transport, les alentours des établissements éducatifs et de l’enseignement supérieur et tous les espaces accueillant les citoyens.

Selon un communiqué de la présidence du gouvernement, Mechichi s’est entretenu, lundi, au Palais du gouvernement, à la Kasbah, avec le ministre de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine, le directeur général de la sécurité nationale, Zouhaier Seddik, le Commandant de la Garde nationale, Mohamed Ali Ben Khaled, le directeur général des services spécialisés au ministère de l’Intérieur, Taoufik Sebai, et le directeur général de la protection civile, Moez Dachraoui.
La réunion a porté sur les mesures adoptées dans le cadre de la lutte contre la pandémie.

Le chef du gouvernement a, par ailleurs, décidé de mettre en place une salle des opérations au profit de la direction générale de la Garde nationale d’El Aouina, sous l’égide de la présidence du gouvernement. Elle sera chargée des interventions immédiates, du traitement des urgences et de règlement des questions liées à la propagation du virus.

La salle des opérations regroupe des représentants des ministères de la Défense, de l’Intérieur, de la Santé, de l’Environnement, des Affaires locales, de l’Education, de l’Enseignement supérieur et du Transport.

“Le chef du gouvernement a donné l’ordre aux administrations publiques d’interdire l’accès à tout citoyen ne portant pas le masque, insistant sur l’impératif de fournir davantage de moyens de prévention du Covid-19”, lit-on de même source.

Mechichi a, dans ce contexte, souligné l’importance d’accorder la plus haute priorité aux fonctionnaires du ministère de la Santé et de l’institution sécuritaires, qui, constituent “les soldats de premier rang face à cette pandémie”.

La Tunisie a enregistré, depuis l’ouverture des frontières le 27 juin, une hausse croissante du nombre des cas de contamination par le Coronavirus.