Le secrétaire général adjoint de l’Union Générale du travail Sami Taheri a considéré que « le secteur des médias en Tunisie est en danger depuis 2012, après le sit-in à la télévision tunisienne et la nomination à la tête des établissements médiatiques des personnalités proches de la Troïka. »
Selon Taheri, « le secteur sera toujours menacé tant que des parties politiques extrémistes et contre les libertés, sont représentées dans le parlement, voulant se positionner en usant des médias. »
Notons qu’un grand nombre de journalistes se sont rassemblés, mardi, devant le siège du parlement, protestant contre la proposition de loi relative à l'amendement du décret n°116, présentée pat la coalition Al Karama.
Une grève générale dans le secteur est envisageable.