La Tunisie condamne avec « fermeté » la campagne menée par certaines parties, au nom de la liberté d'expression, pour porter atteinte à l'Islam et au prophète Mohamed.

Dans un communiqué rendu public, ce mercredi, par le ministère des Affaires étrangères, la Tunisie dit rejeter ces pratiques qui pourraient nourrir l'extrémisme et le terrorisme, appelant à mettre le « sacré à l'écart des conflits politiques et idéologiques.

« Les principes de tolérance et de dialogue entre les peuples doivent être privilégiés », a-t-elle plaidé dans le même communiqué.

La Tunisie réagit aux propos du président français Emmanuel Macron dans lesquels, il a promis de ne pas «renoncer aux caricatures» du prophète Mahomed. Le chef de l'Etat français s'exprimait, jeudi dernier, lors d'un hommage au professeur Samuel Paty, décapité par un assaillant après avoir montré à ses élèves, en classe, des dessins et des caricatures du prophète Mahomed.