Le Parti de l’Alliance nationale tunisienne, créé en août 2020 par Neji Jelloul, historien et ancien ministre de l’Education, vient de publier le texte de la déclaration de constitution du parti. Il y dévoile son idéologie, ses principes, son programme et ses objectifs.

Dans une déclaration publiée, lundi, le parti a indiqué qu’il présentera aux Tunisiens un projet intégral pour bâtir une Tunisie prospère, puissante et unie garantissant les libertés, la sécurité et la justice.

Le parti promet l’amendement de la Constitution, la consolidation des institutions constitutionnelles et la consécration du principe de la séparation des pouvoirs.

Il préconise aussi le développement, avec les pays frères et mais, des relations centrées sur les intérêts nationaux communs, l’ouverture sur les modèles de développement réussis, l’adoption d’une position de neutralité et le non-engagement dans la politique des axes et des alliances.

Parmi les objectifs du parti, figure également la lutte contre l’extrémisme, le radicalisme et le fanatisme idéologique, et ce, dans le cadre d’une approche globale pour lutter contre le terrorisme, la pauvreté, l’ignorance et l’illettrisme.

Le parti s’emploiera, également, à consacrer la démocratie locale et la participation citoyenne dans la gestion de la chose publique, à l’échelle locale et régionale. Il oeuvrera aussi à concevoir un nouveau modèle de développement économique et à mettre en place des projets de réforme de l’éducation, de la santé, du transport, la culture et le sport. Il s’agit d’investir dans le savoir et la science, lit-on dans la déclaration du parti.

Le 3 août 2020, les services du ministre auprès du chef du gouvernement, chargé des Droits de l’Homme et de la Relation avec les instances constitutionnelles et la société civile a annoncé la création d’un nouveau parti baptisé le parti de l’Alliance nationale tunisienne.