Invité de La Matinale du jeudi 17 octobre, le président du syndicat des journalistes Tunisiens Neji Bghouri a déclaré : « on s’attend à être dégradé des prochains classements de la liberté de la presse. »
« Un environnement législative et judiciaire adéquat ainsi qu’un bon climat politique font partie des indices de la liberté de presse. »a-t-il ajouté.
Il a assuré par ailleurs que « les agressions et les menaces contre les journalistes ne sont pas en faveur des médias ni des téléspectateurs. »