L’ancien juge Ahmed Souab a qualifié les échanges d’accusations entre l’ancien procureur de la République près le tribunal de première instance de Tunis et le premier président de la Cour de cassation, de « catastrophe. »
Lors de son intervention dans Houna Shems, lundi, Souab a déclaré que « la loi autorise au Conseil Supérieur de Magistrature (CSM) la suspension provisoire des magistrats, pour avoir porté atteinte à l’honneur de la profession ou pour un délit.