Le président du parti Afek Tounes, Fadhel Abdelkefi, a assuré mardi, à La Matinale de Shems Fm, que « la Tunisie ne changera pas si les lois ne changent pas. »
Abdelkefi a considéré qu’en Tunisie « l’Etat entrave l’Etat. »
Il a cité l’exemple de plusieurs projets entravés, dont l’hôpital universitaire de Kairouan.
« Les pays qui ont réussi, à l’instar de Singapour ou les Émirats, ont changé l’ensemble de leur lois. »a-t-il indiqué.