L’avocat de l’adolescent victime de violence policière à Sidi Hssine Me Yassine Azaza a déclaré que « la direction de la sécurité nationale a refusé de fournir l’identité des policiers agresseurs à la garde nationale de Ben Arous qui se charge de l’affaire. »
Me Azaza a ajouté à Houna Shems, mardi, que « la non-divulgation des identités des policiers agresseurs est considérée comme une complicité dans le crime de maltraitance. »
Il a ajouté que « l’absence des sécuritaires du procès entre dans la cadre de l’impunité et la prolongation des mesures, chose qui a été attendue par la défense vu qu’aucune enquête n’a été ouverte. »