Le bâtonnier des avocats de Tunisie, Me Brahim Bouderbala, a considéré vendredi, que « la loi a été enfreinte pendant la mise de l'avocat et ancien président de l'Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), Chawki Tbib, en résidence surveillée.»
Lors de son intervention dans Win enti Win ahna sur Shems Fm, Bouderbala a expliqué que « toute personne mise en résidence surveillée doit obtenir un document relatif à cette décision et ses raisons. »
Il a ajouté qu' une demande a été adressée au ministre de l'Intérieur pour expliquer les raisons de cette décision.