Les Panama Papers à la disposition du site tunisien Inkyfada viennent de parler à nouveau pour révéler un nouveau nom tunisien dans le plus grand scandale financier. Nos confrères révèlent que l’ex-candidat à la présidentielle en 2014 et avocat d’affaires, Samir ABDELLI, est un client du cabinet d’avocat panaméen Mossack Fonseca dont toute l’archive a été fuitée à la presse.

Le sulfureux avocat, dont le nom avait déjà été retrouvé dans l’autre scandale SwissLeaks, est en relation avec 3 sociétés offshores de 2006 à 2015. Sur demande du Tunisien, la banque suisse HSBC Private Bank fait commande de deux sociétés offshores auprès du cabinet panaméen.

La première société est FAYGATE CORP. En février 2007, Samir ABDELLI est actionnaire à hauteur de 40%. Le reste des actions, 60%, est détenu par un ressortissant algérien. Il s’agit du fils de l’ancien chef de l’Etat algérien, Chedli BENDJEDID, Tewfik. Ce dernier a été dans les années 80-90 impliqué dans de multiples affaires de détournement de plusieurs millions de dollars de la Banque Extérieure Algérienne. Tewfik BENDJEDID a aussi une participation un groupe spécialisé dans les prestations de services pétroliers dans le sud algérien. En octobre 2007, l’avocat tunisien se retrouve seul à la tête de FAYGATE CORP. suite à l’émission d’un PV de réunion du conseil d’administration de la société.

La deuxième société offshore commandée par la banque suisse pour son client tunisien est SHRACK HOLDING. Elle est créée en mars 2006 avec un capital de 10.000 dollars. Inkyfada révèle qu’un mail envoyé par l’avocat tunisien demande à la HSBC Private Bank le transfert de la gestion de la société à un employé de Bedrock Monaco, un bureau d’investissement privé. 

Le nouveau gestionnaire demande au cabinet panaméen de changer le nom de la société. Ainsi en février 2014, "SHRACK HOLDING" s’appelle "Global Petroleum Management" dont Samir ABDELLI n’est que l’avocat. Deux mois plus tard, les actions de la société sont transférées à "Metropole Palace Fondation".

En juin 2015, l’avocat tunisien se voit confié la gestion du compte bancaire de la société sur ordre du gestionnaire Bedrock Monaco. Samir ABDELLI bénéficie alors d’une procuration (“power of attorney”) lui permettant d’agir au nom de la société et de gérer le compte bancaire ouvert à Edmond de Rothschild (Bahamas) LTD.

Auparavant en mars 2014, SHRACK HOLDING qui est devenue Global Petroleum Management mandate l’employé du cabinet monégasque pour négocier un accord avec la société "CRESCENT Petroleum Compagny International Limited" concernant le champ pétrolier Zarat en Tunisie. 

Ce champ appartient  l’ETAP et son permis de recherche est détenu depuis plus d’une vingtaine d’années par le groupe pétrolier international PA Resources. Suite à un débat houleux et l’opposition des députés de l’ANC, l’ETAP signe un nouveau plan de développement du champ. La nature des négociations entre Global Petroleum Management et CRESCENT Petroleum Compagny n’est pas connue.

Contacté par nos confrères d’Inkyfada, l’avocat tunisien s’est contenté de répondre aux questions en invoquant son métier d’avocat l’amenant à demander la création ou la gestion de sociétés offshores pour le compte de ses clients. Notons qu’à la période durant laquelle Samir ABDELLI était candidat à la présidentielle en 2014,  il était en relation avec au minimum 2 sociétés offshores installées au Panama.