Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a déclaré, samedi, que les évènements de ces derniers jours en Tunisie “ont été exagérés par la presse étrangère”, estimant que certaines “sensibilités politiques recourent à cette même presse, croyant, à tort, qu’elle peut être influente. Mais, ceux qui nous importent vraiment ce sont les partis et les organisations nationales et nuls autres”.