« Reporters sans frontières (RSF) dénonce la décision prise par le parti tunisien Ennahdha de traduire devant les tribunaux les journalistes et les médias considérés comme “hostiles”. » lit-on sur le site du RSF.


A l’issue de la réunion du bureau exécutif du parti Ennahdha, vendredi 9 février 2018, il a été annoncé dans un communiqué que le parti poursuivrait désormais en justice tous les journalistes et les médias s’inscrivant « dans des campagnes de dénigrement ».


“Cette décision constitue une grave menace pour la liberté de la presse, déclare RSF. A quelques semaines d’une échéance électorale, il est nécessaire de rappeler au parti Ennahdha que les journalistes jouent un rôle central pour l’avenir de la démocratie et doivent pouvoir exercer leur mission d’information en toute indépendance sans peur de poursuites judiciaires”.


La Tunisie est 97ème au classement mondial 2017 de la liberté de la presse de RSF.