La réunion des signataires du Document de Carthage a démarré, mardi, au Palais de Carthage, sous la présidence du chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi.


Sont présents les représentants de cinq partis politiques (Nidaa Tounes, Ennahdha, Al Moubadara, Al Massar, l’Union Patriotique Libre) ainsi que les représentants de l’Union générale tunisienne du travail, de l’Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat, de l'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche et de l’Union nationale de la femme tunisienne.
 

Le secrétaire général de l’UGTT, Nourredine Taboubi, a qualifié cette réunion, samedi dernier, dans une déclaration à l’agence TAP, de “décisive”. “Une rencontre franche et claire, loin de la courtoisie et du favoritisme”, a-t-il dit.

Le Document de Carthage regroupait neuf partis politiques avant le retrait, début janvier dernier, de “Afek Tounes” et “Machrou Tounes”.

 

La dernière réunion des signataires du Document de Carthage a eu lieu le 13 janvier dernier. Une réunion qui était intervenue suite au déclenchement de mouvements sociaux dans plusieurs régions du pays en protestation contre la loi de finances.

Les partis “Al-chaab” et “Al-Joumhouri” étaient absents de cette réunion.