La STEG a révisé à la hausse la tarification de l’électricité et du gaz naturel, depuis le début du mois de juin courant, avec un pourcentage variant entre 12 et 15%, a indiqué, à l'agence TAP, une source syndicale de la société qui a requis l’anonymat.

La nouvelle tarification sera appliquée pour les clients domestiques (basse tension), à partir du 1er juin 2019.

Pour ce qui est des industriels, la hausse de la tarification est estimée à 12%, à raison d’une augmentation mensuelle de 2%, depuis le début de l’année jusqu’au mois de juin courant.

En accédant au site électronique de la STEG, nous avons constaté que la société a publié la nouvelle tarification, depuis le début du mois, sans laisser aucune trace des anciennes tarifications, pour d’éventuelles comparaisons.

La même source a fait savoir que même les agents de la STEG, et notamment ceux opérant dans les agences commerciales, ne sont pas au courant de cette augmentation, ajoutant qu’il est difficile de comprendre la méthode de calcul de la nouvelle tarification, surtout pour le client.

Elle a préconisé, dans ce cadre, aux clients de faire une simple comparaison entre les anciennes factures de consommation et la prochaine facture, pour comprendre le niveau de la hausse.

A rappeler que la dernière augmentation de la facturation, décidée par la société, remonte au mois de septembre 2018, avec une augmentation de 13%, ce qui avait suscité le mécontentement des citoyens.

La STEG souffre, depuis des années, d’un déséquilibre financier, causé par l’accroissement continu de ses dettes contractées par les clients domestiques et industriels, pour atteindre plus de 1400 millions de dinars (MD).

Le chef du Gouvernement, Youssef Chahed, avait recommandé, lors du dialogue national sur l'énergie, organisé le 30 mai 2019, de réduire le prix de l’électricité au profit d’un million de familles, dont la consommation est réduite. Il avait proposé, aussi, d’appliquer de nouvelles taxations sur les gaspilleurs de l’électricité.

La STEG a organisé, la semaine dernière, une conférence sur « l’accès à l’information », mais elle n’a pas informé ses clients de cette nouvelle tarification.

L’agence TAP a tenté d’avoir de plus amples informations, en contactant les services de la STEG, mais en vain.