Le Parti Destourien Libre a exprimé, jeudi, ses vives réprobations “vis-à-vis des tentatives du “Mouvement des Frères” en référence au mouvement Ennahdha de faire croire à l’opinion publique, qu’il a choisi volontairement d’exclure le PDL du cercle des négociations sur la formation du gouvernement”.

Le PDL considère, à cet effet, les déclarations de certains dirigeants du mouvement Ennahdha comme des contre-vérités visant à induire en erreur l’opinion publique.

“Chacun sait que c’est bien le PDL qui refuse catégoriquement toute prise de contact ou négociation ou rapprochement quelque soit sa forme avec ce mouvement”, lit-on dans le texte de la déclaration.

Et d’ajouter “le mouvement Ennahdha est lié organiquement à des organisations et des personnalités impliqués dans des crimes terroristes de par le monde. Le PDL a fait part de cette position dans toutes les déclarations qu’il a rendu publique et à travers celles de ses dirigeants avant et après les élections”.

Le PDL indique que sa commission juridique a “déposé auprès de la justice tunisienne par le passé plusieurs plaintes contre le “Mouvement des Frères”. La dernière en date a été enregistrée le 16 mai 2018 pour suspicion dans l’enrôlement et l’envoi des jeunes vers les zones de conflit”.

Le parti s’engage à poursuivre la bataille pour révéler les vérités et ouvrir les dossiers des assassinats politiques ainsi que ceux relatifs à la décapitation des soldats et des sécuritaires durant le gouvernement de la Troïka.

Le porte-parole du mouvement “Ennahda”, Imed Khémiri, avait indiqué mercredi que le mouvement entamera une série de concertations à l’issue de la réunion du Conseil de la Choura, prévue samedi et dimanche.

Khémiri a fait savoir, également, que le mouvement avait mené de nombreux contacts de sensibilisation et établira d’autres contacts avec toutes les composantes de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), à l’exception des formations politiques “Au cœur de la Tunisie” et le Parti destourien libre (PDL).