L’instance de lutte contre la corruption (INLUCC) et l’organisation Al Bawsala ont annoncé le lancement, mercredi 13 novembre, d’une plate-forme électronique pour contrôler les déclarations des biens des députés.