L’INNORPI accorde en moyenne 500 brevets d’invention, par an, dont 40 % sont octroyés à des inventeurs indépendants, a fait savoir Riadh Soussi, directeur général de l’Institut, lundi, dans une déclaration à l’agence TAP.

Soussi a affirmé que le reste des brevets sont accordés à des centres de recherche et des universités, et aussi à des sociétés privées. La répartition des brevets est équitable entre l’ensemble des secteurs, mais moindre dans ceux des télécoms et du textile, dont l’évolution technologique est très rapide.

» Avec le lancement du Startup Act, nous estimons pouvoir renforcer encore ce nombre, durant les années à venir, puisque nos jeunes promoteurs seront motivés à investir les domaines de l’innovation et l’invention « , a-t-il noté.

Le DG de l’INNORPI a rappelé qu’outre l’octroi du brevet d’invention, qui se présente comme un titre de la propriété industrielle, conférant à son titulaire un droit exclusif temporaire d’exploitation de l’invention, l’institut œuvre, également, à assurer la protection des projets et des idées innovants.

Dans le même contexte, le responsable a invité les jeunes promoteurs à tirer profit des brevets relevant du domaine public, pour lancer leurs projets.

À noter qu’après délivrance du brevet, le monopole d’exploitation est valable 20 ans, avant que le brevet tombe dans le domaine public.