Le ministre de la Santé, Abdellatif Mekki a indiqué vendredi à Tunis que 60% des décès sont dus au mode de vie des citoyens et de leur comportement de consommation.

Il a expliqué, lors d’une conférence de presse organisée par l’ Agence Nationale de Contrôle Sanitaire et Environnemental des Produits (ANCSEP) à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la sécurité sanitaire, que les maladies de l’obésité résultant d’une consommation alimentaire excessive et d’un manque d’activités sportives, ainsi que le tabagisme et la consommation d’aliments malsains , l’absence de prévention des maladies cancéreuses et la négligence des consultations médicales, périodiquement et régulièrement, sont tous des facteurs qui augmentent la mortalité en Tunisie.

Le taux de mortalité due aux maladies cardiovasculaires est d’environ 31%, et le taux de mortalité de l’un des types de maladies cancéreuses est d’environ 16%. Il s’agit selon El Mekki de maladies qui peuvent être évitées et traitées si elles sont diagnostiquées tôt.

De son côté, Sana Jaballah, responsable de laboratoire au Centre technique des industries alimentaires, a indiqué que le mode de vie du tunisien a changé par rapport à celui des pays méditerranéens. “Le Tunisien consomme désormais des plats de ” fast-food ” non riches en vitamines et fibres, chose qui contribue à accélérer l’émergence de maladies génétiques”a-t-elle précisé.