Treize agressions contre des journalistes et des photojournalistes ont été enregistrées au mois de mai dernier, un chiffre en hausse par rapport au mois précédent, indique le dernier rapport du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT).

Le Syndicat réitère son appel au ministère de l’Intérieur à ” enquêter sérieusement sur les détentions abusives de journalistes et le contrôle préalable de contenus médiatiques “. Il l’invite à rappeler à ses agents le respect de la liberté de presse et à intervenir pour protéger les journalistes et les photographes en cas de danger.

Le SNJT souligne, par ailleurs, le danger de traduire les journalistes devant la justice en vertu de la loi contre le terrorisme ” qui constitue une menace à la liberté de presse et d’expression “, appelant le Conseil supérieur de la magistrature à sensibiliser les juges à la gravité de cette question.

Il exhorte, en outre, les organisations nationales à se montrer solidaires des journalistes et des photojournalistes et à œuvrer pour l’élaboration d’une stratégie nationale qui les protège contre toutes les formes de violence, et en particulier la violence basée sur le genre.