Toutes les décisions annoncées, dimanche soir, par le président de la République sont « nulles et non avenues », a souligné, lundi, le bureau de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

« Les décisions annoncées par Kais Saied vont à l’encontre de la Constitution et même à l’article 80 qui a été mal interprété », a souligné le bureau du parlement dans un communiqué, à l’issue de sa réunion, ce lundi.

Et d’assurer : le parlement reste en état de réunion permanente en raison d’une conjoncture particulièrement délicate.

Le bureau de l’ARP, réuni, ce lundi, sous la présidence de Rached Ghannouchi qui participait à cette rencontre en visioconférence, a dénoncé les décisions prises par le chef de l’État, à l’occasion du 64e anniversaire de la proclamation de la République.

Le bureau a tenu le président de la République pour responsable de tout danger pouvant découler de telles mesures.

Il a appelé les forces de sécurité et de l’Armée à se tenir aux côtés du peuple tunisien, à protéger la Constitution, à faire prévaloir la primauté de la loi, et à préserver le prestige de l’État et ses institutions.

Le président Kaïs Saïed a décidé, dimanche au soir, de geler les travaux du Parlement pour 30 jours, de révoquer le chef du gouvernement et de prendre en main le pouvoir exécutif, à l’issue d’une journée de manifestations visant notamment la coalition au pouvoir dont notamment le mouvement Ennahdha.

Rached Ghannouchi, président de cette formation politique a dénoncé un » coup d’État » contre la révolution et la constitution.