Le porte-parole de la Cour d'appel de Tunis, Habib Torkhani, a annoncé qu'une enquête a été ouverte à l'encontre de l'ancien président de l'Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), Chawki Tabib, suite à une plainte déposée par la société VIVAN, liée à des faits de "suspicion de fraude et usage de faux".

Il a précisé que le procureur général de la cour d'appel a ordonné, ce jeudi, au procureur de la République du Tribunal de première instance de Tunis d'ouvrir cette enquête.

Le porte-parole a déclaré à l'agence TAP que la suspicion en question concerne le contenu du rapport de l'INLUCC sur le présumé conflit d'intérêts relatif à l'ancien chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh, ainsi que la transaction conclue avec l'Agence Nationale de Gestion des Déchets (ANGED).

Et de préciser, la demande de poursuivre en justice Chawki Tabib a été déposée auprès de la Cour d'appel le 19 juillet 2021.

Torkhani a, par ailleurs, indiqué qu'une autre enquête a été ouverte contre Chawki Tabib au sujet d'une plainte déposée, le 19 juillet 2021, par l'Observatoire de la transparence et de la bonne gouvernance pour « mauvaise gestion financière et administrative de l'instance pendant le mandat de Tabib ».

Le porte-parole a, sur un autre plan, indiqué que le procureur de la République a aussi ouvert, ce jeudi, une enquête suite à une plainte formulée par le Syndicat de la garde présidentielle et les agents de la brigade des recherches de l'Aéroport Tunis-Carthage contre Seifeddine Makhlouf, avocat et député, et Mehdi Zagrouba, avocat, concernant l'affaire de l'incident de l'aéroport Tunis Carthage survenu le 15 mars dernier.

Selon Torkhani, une autre enquête a été ouverte, jeudi, au sujet de la plainte déposée par l'ancien membre de l'Instance Vérité-Dignité (IVD), Ibtihel Abdellatif, à l'encontre du président du Comité d'arbitrage et de réconciliation à l'IVD, Khaled Krichi (avocat et député), Mabrouk Korchid, avocat, député et ancien ministre des Domaines de l'Etat et des Affaires Foncières, et Samah Khamessi , avocate, pour suspicion de manipulation d'un dossier de réconciliation et conclusion d'un accord d'arbitrage au bénéfice de Lazhar Sta.

Et de préciser, les demandes de poursuites judiciaires à l'encontre des avocats mentionnés ont été déposées le 19 juillet auprès de la Cour d'appel.