Le taux de contribution du marché financier dans le financement des investissements privés a enregistré en 2020 une évolution remarquable, atteignant 16,4%, contre 9,8% en 2019, selon le rapport annuel du Conseil du Marché Financier (CMF) pour l’année 2020.

Cette hausse s’explique par la progression notable du volume global des émissions réalisées en 2020 qui s’est élevé à 1,236 milliard de dinars, contre 1,059 milliard de dinars en 2019, révèle le rapport du CMF présenté jeudi 07 octobre 2021 par le président du Conseil, Salah ESSAYEL au chef de l’Etat, Kaïs Saïed.

Ce rapport a mis en exergue le retour des introductions à la Bourse de Tunis avec l’opération d’introduction d’une société sur le marché principal de la cote qui a engendré une capitalisation boursière additionnelle s’élevant à 249,8 MDT. Le nombre des sociétés cotées a été ainsi porté à 80 à la fin de l’année 2020.

Le rapport du CMF détaille également les mesures adoptées pour faire face aux conséquences de la pandémie de Covid-19 sur le marché financier national.

Ces mesures avaient trait à la fixation à 3% du seuil statique maximum de la séance boursière, à l’instauration d’une validité ” jour ” des ordres saisis ainsi qu’à la mise en place d’une purge quotidienne par la Bourse du carnet d’ordres restants.

Cela a permis de dépasser la phase de repli significative qu’a connue l’indice phare de la bourse tunisienne au cours du mois de mars 2020 et de finir l’année avec une baisse modérée de seulement 3,33% permettant ainsi à la Bourse de Tunis de s’adjuger la troisième place en terme de performance annuelle après les bourses saoudienne et qatarie.

A ce titre, il est à noter que contrairement à de nombreuses bourses internationales, le Bourse de Tunis n’a pas connu un mouvement de retrait massif des investisseurs étrangers. Ainsi, la part des étrangers dans la capitalisation boursière a enregistré une légère hausse par rapport à l’année 2019, passant de 24,73% à 25,25%.

De même, le montant des actifs nets des organismes de placement collectif en valeurs mobilières a enregistré une forte hausse passant de 3,678 milliards de dinars à la fin de l’année 2019 à 4,709 milliards de dinars à la fin de l’année 2020.

Le secteur du capital risque a aussi continué à enregistrer des indicateurs positifs puisque le nombre de projets réalisés en 2020 a atteint 152 pour une valeur globale de 543,8 millions de dinars, contre 430,2 millions de dinars en 2019.

Il est à noter que 49,2% des projets réalisés a concerné des sociétés employant moins de 20 agents et 19,3% a concerné des sociétés employant entre 20 et 50 agents. Ceci révèle l’importance du secteur du capital risque en matière de renforcement des fonds propres des petites et moyennes entreprises et de création de l’emploi notamment au niveau des régions intérieures.

Dans l’ensemble, les organismes d’investissement à capital risque ont permis, au cours de l’année 2020, de créer 8 000 emplois directs.

S’agissant de l’activité du régulateur boursier, le rapport 2020 a présenté les réalisations du CMF en matière de renforcement de la transparence financière des sociétés faisant appel public à l’épargne notamment en relation avec les conséquences de la pandémie de COVID-19 sur la situation de ces sociétés.

Le CMF a ainsi exigé la divulgation au public par ces sociétés d’informations détaillant l’impact de la crise sanitaire sur leurs activités ainsi que les décisions stratégiques et opérationnelles qu’elles ont adoptées pour faire face à la crise.

Dans le cadre de sa mission de contrôle, et afin de garantir l’intégrité du marché et renforcer la confiance des investisseurs, le CMF a également diligenté, au cours de l’année 2020, quatorze enquêtes et a instruit quatre plaintes.

Suite aux investigations effectuées, le collège du Conseil du Marché Financier a statué en 2020 sur les dossiers relatifs aux enquêtes et aux plaintes clôturées et a infligé des sanctions disciplinaires et pécuniaires aux auteurs d’infractions afin de prémunir le marché financier contre les insuffisances et les manquements constatés.

Sur le plan des nouveautés juridiques, le rapport annuel a mis en évidence la préparation par le CMF d’une décision générale visant à renforcer les exigences de bonne gouvernance au sein des sociétés cotées et ce, via la mise en place des critères et des modalités de désignation des membres indépendants et du représentant des actionnaires minoritaires au sein du conseil d’administration et du conseil de surveillance des sociétés concernées.

Le CMF a aussi participé au cours de l’année 2020 à la préparation de la loi relative au Crowdfunding, une nouvelle activité financière qui peut constituer une solution idoine pour octroyer des ressources financières aux petites et moyennes entreprises ainsi qu’aux start-up via la collecte de fonds auprès du public à partir d’une plateforme internet dédiée à cet effet.