Le député Ridha Zoghmi a affirmé avoir démissionné du bureau politique du Courant démocrate et de toutes les instances dirigeantes du parti depuis 2020.

«J’ai choisi de ne pas rendre publique ma démission pour des raisons d’éthique; étant donné que j’ai été élu sur les listes du Courant démocrate,» a-t-il expliqué, mardi, dans une déclaration à l’agence TAP.

Et d’ajouter qu’étant convaincu, aujourd’hui, que le parlement tunisien, tel qu’il existait avant le 25 juillet 2021, est bel est bien « terminé », je peux me permettre d’annoncer ma démission définitive du parti.



Les liens avec le Courant démocrate sont « complètement rompus ». Je n’ai plus renouvelé mon adhésion au parti qui, a-t-il estimé, a « totalement perdu la boussole ».

D’après lui, le Courant démocrate n’est plus « fidèle à ses principes fondamentaux ». Au moment de sa création, a-t-il ajouté, le parti a parié sur « la moralisation de la vie politique » et à placer l’intérêt du pays au-dessus de l’intérêt du parti. « Mais, après les élections de 2019, certains membres du parti ont cherché à « avoir une place au gouvernement ou au pouvoir plutôt que d’appliquer le programme du parti ».

Ridha Zoghmi est un des membres fondateurs du Courant démocrate.