Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a réaffirmé, lundi soir, sa disposition à ”jouer pleinement son rôle“, conformément à ses prérogatives définies par la loi et conformément aux dispositions de la Constitution, en tant que garant du bon fonctionnement de la justice et du respect de son indépendance.

Dans un communiqué publié à l’issue de la rencontre qui s’est tenue, ce lundi, au palais de Carthage, entre le président Kais Saied, le président du CSM et les chefs des conseils judiciaires, le Conseil a indiqué que cette rencontre était axée sur ”les difficultés rencontrées par les magistrats lors de l’exercice de leur fonction“.

Au cours de cette rencontre, l’accent a été mis sur l’indépendance de la magistrature, lit-on dans le communiqué du CSM.

Par ailleurs, le Conseil de la magistrature a rappelé le contenu de sa déclaration, émise le 4 novembre 2021, et sa position ”constante” contre toute tentative de porter atteinte, par décrets, aux dispositions constitutionnelles du pouvoir judiciaire.
” Le CSM est un garant fondamental de l’indépendance de la justice“, a-t-il insisté.

D’après la présidence de la République, la réunion du Chef de l’Etat, lundi, avec une délégation du Conseil supérieur de la magistrature a porté sur le fonctionnement de l’appareil judiciaire, notamment en matière de contentieux électoral, ainsi que sur le rapport de la Cour des comptes et le rôle du ministère public dans la préservation de l’ordre public.