La chambre criminelle spécialisée dans la justice transitionnelle au Tribunal de première instance à Bizerte a tenu, lundi, une première audience consacrée à l’examen du premier dossier qui lui a été transféré par l’Instance Vérité et dignité, le 19 octobre 2018. Celui-ci est relatif à l’affaire des martyrs et blessés de la Révolution, à Ras Jebel.

Après une trentaine de minutes d’audience, il a été décidé de reporter l’examen de l’affaire, au 28 janvier 2019, pour la convocation de 18 accusés et de neuf plaignants dont six blessés de la Révolution et les héritiers de trois martyrs.

Les faits remontent au 13 janvier 2011, à Ras Jebel, lorsque des manifestants avaient été dispersés par des tirs de gaz lacrymogène, faisant trois martyrs et six blessés graves.

L’Instance Vérité et dignité qui a pris en charge le dossier a conclu à des homicides volontaires et à des tentatives d’homicide, à l’encontre de 18 suspects dont Zine El Abidine Ben Ali, ancien président de la République, Rafik Haj Kacem et Ahmed Friaa, anciens ministres de l’Intérieur, Ali Seriati, ex-directeur de la sécurité présidentielle ainsi que des cadres et agents de la sûreté.

Seuls Ahmed Friaa a été représenté par son avocat qui a justifié l’absence de son client par un certificat médical. 

 

TAP