Après plus de deux semaines de grève générale au gouvernorat de Tataouine, les activités et services ont repris dans les administrations et établissements publics et privés de la région.

Cette grève a été décrétée depuis le 2 juillet par l’Union Régionale du Travail (URT) et la coordination du sit-in “El Kamour” à Tataouine pour protester contre la poursuite de la marginalisation de la région et revendiquer l’emploi et le développement.

L’URT avait souligné, dans un communiqué, son soutien au mouvement de protestation des jeunes sit-inneurs et appelé le gouvernement à l’application totale des clauses de l’accord d’El Kamour, invitant les différentes parties concernées à se réunir pour trouver les solutions adéquates afin de surmonter cette crise.