Selon un rapport préliminaire de la police brésilienne, le président Michel Temer se serait rendu coupable de corruption passive.

Le procureur général brésilien devra se baser sur ce rapport pour demander une mise en accusation formelle du chef de l’Etat. Ce dernier sera traduit devant la Cour Suprême avec l’accord des deux tiers de la chambre des députés.

L'enquête repose sur les confessions explosives de dirigeants du géant de la viande JBS qui ont noué un accord avec la justice en échange de remises de peine.

L'un des propriétaires de JBS, Joesley Batista, a déclenché un véritable séisme politique à la mi-mai en remettant aux autorités un enregistrement sonore dans lequel le président semble donner son accord pour acheter le silence d'un député aujourd'hui en prison.