L’ancienne chargée de communication à la présidence de la République Rachida Neifer a estimé mercredi, que « la Tunisie a régressé de 21 points dans le classement mondial de la liberté de la presse, pour des raisons internes et externes. »
Invitée de La Matinale, Neifer a déclaré que « les raisons internes consistent en l’absence des politiques publiques des médias. »
Quant aux raisons externes et internationales, elle a précisé que « la crise du Covid-19 a des répercussions sur les libertés »
Elle a indique que « malgré la régression dans le classement, la Tunisie reste le deuxième dans le monde arabe sur ce plan. »