Le directeur de l’Institut Pasteur de Tunis, Hechmi Louzir, a fait savoir, lundi 12 octobre, que le Comité scientifique de lutte contre la coronavirus mène, actuellement, des discussions avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) afin d’obtenir le vaccin contre la coronavirus dès que son efficacité sera démontrée.

Louzir a déclaré que l’équipe de travail chargée de suivre les recherches relatives au développement d’un vaccin contre la Covid-19 au sein du comité scientifique est, en contact permanent, avec l’initiative mondiale COVAX, lancée par l’OMS et regroupant 92 pays à revenu faible ou intermédiaire, ajoutant que cette initiative vise à permettre aux pays membres de bénéficier d’un vaccin anti-Covid-19 dès que son efficacité soit prouvée au cours de la troisième et dernière phase des essais cliniques.

Il a affirmé que 11 vaccins mondiaux ont atteint le troisième stade des essais cliniques et que 4 autres vaccins pourront être développés au cours des prochaines semaines, estimant que les recherches dans ce domaines ont été réalisées en un temps record puisque le développement d’un vaccin contre n’importe quelle maladie dure entre 4 ou 5 ans au moins.

Le directeur de l’Institut Pasteur a indiqué que des experts du ministère de la Santé ont été chargés d’identifier les catégories prioritaires pour recevoir le vaccin contre le Coronavirus.

Selon l’OMS, l’objectif du COVAX est de fournir, d’ici la fin de 2021, 2 milliards de doses de vaccins sûrs et efficaces qui ont été homologués par les organismes de réglementation et/ou préqualifiés par l’OMS.

Ces vaccins seront offerts également à tous les pays participants, en quantités proportionnelles à leur population, en donnant initialement la priorité aux agents de santé, puis en étendant leur distribution aux groupes vulnérables, tels que les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies préexistantes.

D’autres doses seront ensuite mises à disposition en fonction des besoins du pays, des vulnérabilités et de la menace que représente la COVID-19.

Le Mécanisme COVAX constituera, également, selon la même source, un stock de doses à utiliser en cas d’urgence et à des fins humanitaires, y compris pour enrayer les flambées graves avant qu’elles ne deviennent incontrôlables.